Format RAW ou JPEG, que choisir pour mes photos ?

4 April 2018
Written by: Clémence L.

Qu’est-ce que le format RAW ?

A la différence d’un fichier JPEG qui est un format compressé d’image, le format RAW est une représentation binaire de ce que le capteur de votre appareil a enregistré au moment de la prise de vue. Ca n’est donc pas une image visible directement mais une donnée “brute” qu’il faudra convertir en image au moyen de logiciels dédiés.

Ce formats présente de nombreux avantages pour les photographes qui souhaitent retravailler leurs images après la prise de vue.

Avantages du format JPEG

Le JPEG en revanche est un format d’image, ce qui veut dire qu’il est :

  • peu gourmand en espace de stockage, car fortement compressé (compression destructive, induisant une perte d’information)
  • prêt à l’emploi, car lisible par tous types d’appareils de nos jours
  • souvent déjà retouché par l’appareil photo de façon à proposer des images flatteuses pour l’oeil peu expérimenté

C’est donc un format plutôt conseillé aux néophytes, qui ne cherchent pas forcément à retoucher leurs photos.

Avantages du format RAW

Si les avantages du JPEG ne vous paraissent pas essentiels, mais surtout si vous souhaitez avoir un maximum de contrôle sur le post-traitement de vos images, voici les principales raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas échapper au format RAW !

Pas de perte d’information

Le stockage au format RAW conserve toutes les données du capteur sans destruction, contrairement au format JPG qui peut être fortement compressé pour optimiser l’espace de stockage. Le prix à payer ? Les fichiers RAW peuvent peser plus de 10 fois leur équivalent JPEG.

Par ailleurs, les traitements appliqués à un fichier RAW ne modifient pas les données originales, mais sont stockées sous la forme d’une liste de modifications successives à appliquer pour la conversion vers l’image finale. Il n’y a donc pas de nécessité de stocker plusieurs versions des données RAW modifiées.

Une palette de niveaux de luminosité bien plus étendue que pour le JPEG

Un fichier au format RAW encode couramment les niveaux de luminosité sur 12 voire 14 bits, ce qui se traduit par 4096 ou 16384 niveaux, quand le JPEG ne supporte que 256 niveaux. Une photo comportant des dégradés de couleurs, par exemple une photo avec du ciel, présentera des bandes de couleur distinctes (phénomène de “postérisation”) en JPEG car ce format ne permet pas de retranscrire suffisamment de teintes pour tromper l’oeil humain et donner une impression de continuité.

Voici une partie zoomée d'une photo avec de la postérisation. On voit bien les différentes couches qui se séparent dans le ciel, rendant la qualité visuelle très moyenne.

Ces niveaux additionnels apportent par ailleurs une plus grande liberté de retouche (correction d’exposition, ajustements des noirs, des hautes lumières, …)  sans risquer la dégradation de l’image.

Par exemple ici, sur la première photo, on prend comme base une photo volontairement surexposée (le ciel au milieu). Sur les 2 photos suivantes on va essayer de récupérer cette exposition,  celle du milieu en JPEG et la dernière en RAW. On peut voir clairement que les informations des nuages surexposés ont été perdues dans le cas du fichier JPEG, alors que le fichier RAW contenait encore toutes les informations nécessaires, ce qui a permis de récupérer le ciel de manière détaillée.

Photo 1 : photo de base volontairement surexposée au milieu. Photo 2 : Récupération du ciel en format JPEG. Photo 3 : Récupération du ciel en format RAW, beaucoup plus détaillé.

Dans le cas du JPEG, les données RAW sont converties en image suivant l’algorithme du processeur de l’appareil, puis compressées (avec pertes d’information selon le degré de compression), ce qui rend d’éventuelles corrections de conversions difficiles.

Une balance des blancs et un espace de couleur totalement modifiables

Le format RAW ne comportant que des informations brute de lumière reçue par le capteur, la balance des blancs se fera au moment de la conversion du RAW vers un format d’image, laissant toute latitude pour l’ajuster à cette étape. Le fichier RAW contient tout au plus les réglages de la balance des blancs à titre indicatif, pour restituer un visuel conforme à celui qu’avait le photographe au moment de la prise de vue. A contrario, le format JPEG intègre directement les réglages de la balance des blancs dans les pixels de l’image, rendant parfois des ajustements impossibles à annuler ou corriger.

De la même manière, le format RAW ne contient pas d’informations propres à l’espace colorimétrique, et celui-ci peut être choisi au moment de l’export des données RAW en image (format JPEG ou autre).

Un meilleure conversion de RAW à JPEG depuis l’ordinateur

La conversion des données RAW en image JPEG est effectuée par le processeur de l’appareil qui utilise son propre algorithme, et se trouve donc limitée par la puissance de traitement de celui-ci et par l’efficacité de son algorithme. Partant des mêmes données RAW, un logiciel tournant sur un PC pourra bénéficier de bien plus de puissance de traitement, ainsi que d’algorithmes plus élaborés pour la conversion des données du capteur en image.

En conclusion

Vous l’aurez compris, tous ces avantages ont également un prix (en sus de l’occupation disque bien plus conséquente) : celui du temps qu’il faudra passer sur un fichier RAW pour le transformer en image satisfaisante.

Et si vous n’arrivez pas à vous décider entre JPEG et RAW, soyez rassurés : pour peu que vous acceptiez de stocker moins de photos, la plupart des appareils permettent d’enregistrer les 2 formats pour chaque prise de vue !

    Leave a comment